Retour à la page Sokal-Bricmont dans la presse

La Recherche n° 292 novembre 1996, page 5 (Editorial)

Canular et Mystification

Des chercheurs d’un laboratoire finlandais sont sur le point de révéler les détails du premier dispositif antigravité" annonçait le Sunday Telegraph le 1er septembre dernier. De fait, le très respectable Journal of Physics D : Applied Physics, publié par l’institut de physique britannique, avait accepté pour parution dans son prochain numéro un article signé par deux chercheurs de l’Université de Tampere : le Russe Eugene Podkletnov et le Finlandais Petri Vuorinen. L’article avait suivi la procédure habituelle. Trois referees indépendants l’avaient lu. Aucun n’avait décelé un quelconque problème, ni dans la description du dispositif, ni dans les résultats des expériences. Seulement voilà... Alertée par l’article du journal dominical, l’Université de Tampere démentait quelques jours plus tard toute implication dans ces recherches : Podkletnov, qui a bien travaillé dans l’un de ses laboratoires au début des années 1990, ne fait plus partie du personnel depuis longtemps. Le supposé coauteur finlandais s’étonnait d’être associé à cet article. Quant à Podkletnov, il s’empêtrait dans des explications filandreuses. Finalement, le texte fut retiré avant parution.

Par un hasard du calendrier, cette curieuse mystification a suivi de quelques mois une autre affaire, qui fait toujours grand bruit aux Etats-Unis. Au début de l’année, le physicien Alan D. Sokal, de l’Université de New York, avait soumis un texte brillant au titre ronflant - "Transgressant les limites - vers une herméneutique de la gravité quantique" - à Social Text, une revue de sciences humaines de l’Université Duke, en Caroline du Nord. Ecrit dans un solide jargon philosophico-analytico-sociologique, l’article est truffé de références à des auteurs français en vogue dans les milieux universitaires américains : Derrida, Lacan, Althusser, Latour, Serres. Les éditeurs de Social Text l’ont publié sans s’apercevoir qu’il s’agissait d’un canular destiné, selon son auteur, à ridiculiser la littérature "postmoderne" du constructivisme social. Après que Sokal eut révélé la supercherie dans Lingua Franca, La New York Review of Books ouvrit ses colonnes au prix Nobel de physique Steven Weinberg qui loua l’initiative de Sokal. Pour les deux physiciens, la réussite de ce canular a enfin apporté la preuve du manque de rigueur régnant dans ce milieu intellectuel qui, en pratiquant à doses plus ou moins élevées un certain "relativisme culturel", menacerait la science. Dans leur désir de séparer radicalement science et culture, Sokal et Weinberg n’ont-ils pas poussé le bouchon un peu loin ? Car, somme toute, prendre au piège les éditeurs d’une revue branchée de Caroline du Nord ne porte pas vraiment à conséquence. Que les referees du vénérable institut de physique britannique se soient laissés abuser par le texte de Podkletnov est d’une autre portée.

© La Recherche , 1996.

Retour à la page Sokal-Bricmont dans la presse
Retour à la page Sokal-Bricmont, etc.
Retour à la page d'accueil

Cataloguez vos documents avec le logiciel Metadataminer Catalogue